L'ostéopathie équine, c'est quoi ?

Dernière mise à jour : 13 mai 2021

L'ostéopathe équin est aujourd’hui très sollicité dans le milieu des chevaux de sport ou de course et de plus en plus dans l'équitation de loisir pour assurer le bien-être des chevaux.


Horsteo, ostéopathe pour chevaux

L'ostéopathie équine est une thérapie manuelle douce qui s’emploie à diagnostiquer et traiter les restrictions de mobilités ou dysfonctions des différentes structures du corps qui entraînent des troubles fonctionnels pouvant perturber le bien-être et même la santé du cheval.



Elle vise à soulager les douleurs et rééquilibrer l’organisme grâce à des manipulations spécifiques. L'ostéopathie est souvent utilisée comme option complémentaire à la médecine vétérinaire.

Le cheval de sport est en effet soumis à des contraintes importantes liées à son entraînement, aux harnachements et à la présence du cavalier.



 

Définition de l'acte d'ostéopathie animale établie par l'ordre des vétérinaires dans les textes officiels :

« Les manipulations ayant pour seul but de prévenir ou de traiter des troubles fonctionnels du corps de l’animal, à l’exclusion des pathologies organiques qui nécessitent une intervention thérapeutique, médicale, chirurgicale, médicamenteuse ou par agents physiques. Ces manipulations sont musculo-squelettiques et myo-fasciales, exclusivement manuelles et externes. Pour la prise en charge de ces troubles fonctionnels, les personnes réalisant des actes d’ostéopathie animale effectuent des actes de manipulations et mobilisations non instrumentales, directes et indirectes, non forcées. »

 

Bien mise en pratique, l'ostéopathie pour chevaux permet de rétablir la mobilité et l’équilibre des différentes structures musculo-squelettiques ainsi que de palier les divers dysfonctionnements des organes du corps. Le cheval athlète retrouve ainsi l'équilibre de son corps et améliore sa locomotion de façon générale.


Les concepts ostéopathiques


L'ostéopathie s’appuie sur trois concepts essentiels :

Horsteo, ostéopathe équin

  • La globalité: le corps doit être considéré dans son ensemble;

  • L’interrelation entre la structure et la fonction;

  • L’homéostasie ou capacité du corps à s’auto réguler et se guérir.

Ces concepts sont en étroite relation et constituent la base de la réflexion ostéopathique.


La globalité:

Le corps ne fonctionne pas en unités séparées mais plutôt comme un tout harmonieux. C’est dans cet esprit que s’inscrit la recherche de la dysfonction primaire et de sa relation de cause a effet avec la douleur. D’un point de vue ostéopathique, on considère la douleur comme un effet et l’on doit en rechercher la cause qui peut parfois se trouver fort éloignée de la zone symptomatique.

Cette cause découle elle même d’un déséquilibre entre structure et fonction.


L’interrelation entre la structure et la fonction:


Un organisme vivant ne peut pas fonctionner normalement si ses structures de maintien ont perdu une partie de leur mobilité.


Les structures du corps et les fonctions qu'elles doivent remplir sont interdépendantes. Cette approche pose la nécessité de rechercher et corriger les irrégularités dans les structures qui composent le corps, pour améliorer ses fonctions.


En ostéopathie, on considère généralement:

  • l’anatomie comme la structure (os, articulation, cartilage, plans conjonctifs);

  • la physiologie comme la fonction (incluant le systèmes neurologiques, vasculaires et hormonaux).


« La maladie est le résultat des anomalies anatomiques suivies de dissonance physiologique » Andrew Taylor Still, fondateur des concepts de l'ostéopathie.

Prenons le coeur comme exemple.

Celui-ci possède une forme particulière et est constitué de cellules spécifiques. Tout ce qui le compose permet de décrire sa position dans l’espace et constitue donc la structure. Sa fonction bien évidemment est de permettre au sang de circuler et de venir irriguer chaque partie de l’organisme.

Dans l’absolue, si celui-ci venait à être abîmé dans sa structure il ne remplirait plus sa fonction aussi bien. En ce sens, la structure gouverne la fonction.


L’homéostasie:

Le corps est un tout. Il concentre os, articulations, muscles, fascias, vascularisation et innervation. Par interrelation, l’atteinte de l’un de ces éléments entraîne des perturbations sur l’ensemble des autres parties, c'est la notion « d’unité de corps ».

La libre circulation du sang assure l’intégrité des systèmes de l’organisme et garantit ainsi l’homéostasie, en ostéopathie on dit que « La loi de l’artère est suprême ».

L’homéostasie c'est la capacité d’auto guérison du corps.

Mais si le corps est capable d’auto guérison pourquoi tombons nous malade ?

Le corps est en effet capable de produire toutes les substances pour se maintenir en bonne santé. Plus généralement l’homéostasie est définie comme la capacité à maintenir un équilibre physico-chimique au sein de l’organisme vivant.


L’ostéopathe agit donc lorsque ces fluides se retrouvent bloqués. Son action permet de stimuler les systèmes et voies de réparation du corps.


Bien sûr, ce concept montre ses limites face aux maladies déjà bien installées, de la génétique, des malformations ou des lésions organiques. Nous sommes face à un problème dégénératif où l’ostéopathie ne peut rétablir à elle seule le processus de guérison. Cependant, elle peut jouer un rôle déterminant en tant que traitement parallèle et complémentaire mais aussi dans la prévention de l’apparition de certaines maladies.


La dysfonction somatique ostéopathique


La dysfonction somatique ostéopathique est une réaction mécanique et physiologique d'une structure du corps en réponse à une contrainte ou une agression. Cela peut être un traumatisme, des efforts répétés, un trouble de la posture, une maladie, un stress psycho émotionnel ou des facteurs environnementaux (mauvaise alimentation, mauvaise condition de vie, mauvaise utilisation du cheval…)… Elle s'accompagne d'une restriction de la mobilité de la structure concernée. Par le lien des corrélations tissulaires, cette restriction de mobilité retentira à distance sur une ou plusieurs structures.


Le phénomène d'adaptation/ compensation



ostéopathe pour chevaux dans le nord

En réaction à une nouvelle contrainte, le corps organise une réponse qui lui permet de s'adapter. Il essaie de compenser grâce à diverses stratégies : rééquilibration de sa structure (réaction mécanique en modifiant la tension des muscles ou la mobilité des articulations) et / ou modification de ses fonctions (réaction physiologique au niveau des organes).

C'est un phénomène normal qui dans un premier temps est réversible, si le phénomène contraignant cesse ou s'il n'a pas été trop violent.


Le corps possédant ses propres mécanismes de régulation, la dysfonction peut se résorber naturellement, sans l'intervention extérieure de l'ostéopathe. La structure incriminée retrouve alors sa pleine fonction et sa totale mobilité.  Les adaptations du corps débutent essentiellement en recrutant les muscles car c'est un schéma d'adaptation très rapide et facilement ajustable.

Lorsque ces mécanismes sont insuffisants, qu'ils n'arrivent pas à réguler cette dysfonction, le corps décompense peu à peu, créant un trouble fonctionnel persistant.


Le trouble fonctionnel


Le trouble fonctionnel traduit un dysfonctionnement dans l'organisme. Il peut revêtir de nombreuses formes. Il s'accompagne très souvent d'une douleur mais pas obligatoirement: la douleur n'étant pas proportionnelle à l'intensité du trouble fonctionnel. Il est souvent indiqué que le trouble fonctionnel est un état intermédiaire entre la parfaite santé et le début de la maladie. La réalité est plus complexe.

Tous les troubles fonctionnels n'évoluent pas vers une pathologie organique, fort heureusement. Comme nous l'avons indiqué précédemment, l'organisme est en perpétuelle adaptation à son environnement. Le trouble fonctionnel accompagne cet état instable vers la recherche d'un nouvel équilibre mieux adapté à la situation. Il ne devient pathogène (source de maladie) que s'il perdure, que si l'organisme n'arrive pas à retrouver un nouvel état d'équilibre. C'est en cela que l'action de l'ostéopathe est à la fois curative et préventive. L'ostéopathie permet de réduire les méfaits des troubles fonctionnels, soit en supprimant leur cause, soit en réduisant leur impact dans le temps.



 

Rappel: il est recommandé de réaliser une consultation d'ostéopathie équine une fois par an, même si vous avez l'impression que tout va bien. Cette séance permet d'éviter l'installation de compensations persistantes.

 


Le diagnostic ostéopathique


La démarche ostéopathique n'est pas l'application de protocoles pré établis. Un bon ostéopathe effectue un diagnostic pour chaque animal et détermine le traitement le mieux adapté. C'est la raison pour laquelle, une grande partie de la consultation est consacrée au questionnement et à l'examen physique du cheval. Ne soyez pas étonnés si votre praticien vous pose des questions qui vous semblent éloignées de votre problème, ou s'il va regarder, toucher, mobiliser des régions du corps de votre cheval qui ne sont pas a-priori en lien direct avec le problème que vous rencontrez avec votre cheval. Pour comprendre le trouble fonctionnel et le relier aux structures en dysfonctionnement, l'ostéopathe a besoin de faire :

  • Un diagnostic palpatoire pour analyser les mouvements des articulations et  la souplesse des tissus;

  • Un diagnostic « étiopathique », qui consiste à relier les symptômes et les restrictions de mobilité qu'il a mis en évidence, afin de déterminer la cause du problème;

  • Un diagnostic d'exclusion pour mettre en évidence d'éventuelles pathologies organiques qui nécessitent alors en priorité l'intervention d'un vétérinaire.

Ce n'est qu'à l'issue de cette démarche et avec le consentement du propriétaire de l’animal que l'ostéopathe équin pourra entreprendre un traitement.

 

Pour aller plus loin: déroulement d'une séance d'ostéopathie animale

 

Le traitement ostéopathique


L'ajustement de l'individu à son environnement représente le principe de traitement ostéopathique. Il est de trois ordres, bien qu'un seul soit réellement connu du public. Il répond à des indications et présente des contre-indications.


L'ajustement structurel


Il concerne toutes les structures musculo-squelettiques, et les enveloppes des muscles ou des organes contenus dans les cavités du corps : crâne, thorax et abdomen. Il consiste en une articulation de la charpente osseuse et une mobilisation des tissus qui enveloppent les muscles et les organes. Il permet de diminuer et rééquilibrer les tensions de ces structures et de  favoriser les échanges des liquides qu'elles contiennent : sang, lymphe, liquide céphalo-rachidien…


Les techniques employées sont les mobilisations et les manipulations. Elles sont toutes les deux effectuées uniquement à l'aide des mains. Elles se différencient par l'amplitude et la vitesse de leur mouvement. Les mobilisations se caractérisent par leur grande amplitude de mouvement et leur faible vitesse d'exécution. A l'inverse, les manipulations sont de très petite amplitude et effectuées très rapidement. On parle de techniques à haute vélocité et faible amplitude dans le jargon ostéopathique.


Comme elles ne poursuivent pas le même objectif, un bon ostéopathe doit être capable de les réaliser toutes les deux et de déterminer quand l'une ou l'autre est la mieux adaptée pour un traitement optimal du cheval.